La Team Lachelesfreins

La Team Lachelesfreins

Le 14/06 : Les bosses du vexin à Issou (78)

En résumé :

  • 60 km
  • 950m de D+
  • 3h30,
  • Moyenne 16,7 km/h
  • 250participants
  • 2 membres de la Team
  • Une chaine (JC)

 

 

 

 

Merci de cliquer ICI pour remplir le questionaire de satisfaction, afin d'élire la meilleure rando 2015.

 

Compte-rendu :

 

Salut les bikers,

Encore une météo superbe cette semaine, deux choix s'offrent à nous, soit aller à la Jovacienne, soit aller à Issou. Je choisis l'option la plus proche de chez moi, c'est à dire Issou. Bébel répond présent à ma proposition, quand au reste de la Team, Nico est encore en phase de négo, Gump a loupé le message et s'est donc tapé 16km de courses à pied la veille, David a un anniversaire, et Jef ne retrouve plus ses vtt. 

Suite à nos déboires du we passé avec Bébel, nous avons une revanche à prendre. Je regarde donc nos stats par rapport à l'an passé et nous fixe l'objectif de faire mieux que le 13,5km/h de moyenne de dimanche dernier, et que notre 15km/h de l’an passé à Issou

8h15 : Arrivée au gymnase d'Issou, pas foule, le plus gros semble être parti. Pas de queue aux inscriptions, 7€ pour le 60km, 2 ravitaillements de prévu, et 1150m de dénivelé annoncé. Cette année nous tournons en sens inverse de l'an passé. Par contre, toujours pas de plaque de cadre, je trouve ca dommage. 

8h25 : Départ, nous partons directement vers le haut d'Issou, faire le tour du château en guise d'échauffement.

 


 

Puis direction l'un des points le plus haut de la région avec ses 180m, au niveau du relais radio. Le terrain est ultra-sec. Même ce premier bois pourtant inondé toute l'année, est largement praticable, et les passages à côté des grosses flaques sont secs. Bébel nous emmène à bon train, et pourtant ce n'est qu'au bout de 20 minutes que nous doublerons les premiers participants. Puis nous en doublerons d'autre, notamment les Buchelois et et le club de Mantes la ville. Les chemins sont roulants, avec uniquement du chemin de tracteur. Tellement roulant, que l'on se retrouve vite fait dans une rainure sans s'en rendre compte. Rainure qui a été tellement bien travaillé tout l'hiver par le tracteur, et bien recouverte d'herbes par le printemps.

 

 

Parfois à la limite de la gumpette, on garde un bon rythme. Mais à force de titiller les limites, PATATRA! Une gumpette pour moi. Splendide, dans les règles de l'art. Après le check du bonhomme et le check du vtt, je me rends compte que j'ai atterri à moins d'1 mètre d'une cloture en barbelée, berk, j'aurai pu morfler. 

10h : Nous voici au 1er ravitaillement, avec 23km au compteur, 350m de d+, et 17km/h de moyenne, ca aide de dormir 6h une veille de rando.

 

 

Maintenant va falloir réussir à garder ce rythme pendant les 37km qu'il nous reste.

 


C'est donc reparti à travers champs, des lignes droites à n'en plus finir, et toujours dans des chemins de tracteurs, parfois sur la terre sèche, parfois sur de l'herbe, parfois dans les cailloux. On double les Guervillois, qui sont en train de faire de la mécanique. On se fait rattraper par un sanglier, du vexin, et on fait un bout de chemin avec un gars d'Epone. Avec Bébel on parle vtt, et confort pour nos petits derrières. Nous, les fervents défenseur du semi-rigide, on se verrait bien lors de ces longues traversées champêtres sur un tout-suspendu. A moins que le 29 pouces de David, premier de la Team à en avoir pris un, ne soit révolutionnaire. David quand es-ce que tu nous le prête ? En attendant on fait tourner les jambes, les paysages sont tout de même variés, un coup du blé, un coup du colza, un coup de la jachère, un coup un bois...


10h50 : Alors que nous sommes enfin dans une forêt, nous attaquons dans une descente mignonette, une fois arrivé en bas, au moment de relancer la machine, walou, aucune réaction, j'ai déraillé, et bien non plus de chaine ! Je préviens mon Bébel qui pensait pouvoir se débarasser de moi lors d'une de ces énièmes relances. Je rebrousse chemin et retrouve rapidement ma chaine à quelques mètres de là. Après un examen approfondi, c'est certainement l'attache rapide d'origine qui a pêté net.

 

Heureusement, j'en ai une de rechange avec moi. On commence à bien regarder comment ca s'installe, on clippe tout ça. Et bien sûre ca ne se clippe pas complètement. Bébel donne tous ce qu'il peut, moi aussi, rien, toujours pas clippé. Le voilà qu'il l'attaque au tournevis, l'attache rapide ne veut rien savoir. Par contre les mains de Bébel s'en souviennent encore. Moi, avec le bout de carton qui servait d'emballage, je vois qu'il y a une notice au dos. Elle nous préconise de placer l'attache rapide en haut de la transmission et de donner un coup de pédale, nous un peu dubitatif, on tente, et là clique, l'attache rapide est clippée. C'est dingue l'effort que l'on peut faire passer par une manivelle. Merci la notice Sram au dos.

11h00 : on est reparti, promis la prochaine fois je mettrai moins de 10 minutes pour mettre une attache "rapide". 

11h05 : 2e ravito, aucun partipant, 3 personnes de l'organisation, c'est open bar rien que pour nous. Nous sommes à Jambville, chez les scouts.

 

 

Les organisateurs, super sympa, entament la discute, ils nous présente le reste du parcours sur une carte et le dénivelé associé. En gros il reste 2 grosses côtes. La moyenne est decendu à 16,8, nous en sommes au km43 avec 700m de d+. Un verre d'eau, du chocolat noir, des pates de fruit et nous voilà  reparti. Toujours sur du chemin carrossable, toujours cette alternance de caillou et de pelouse. Au sommet de l'avant dernière cote, un groupe nous lance un SOS, leur tube de colle pour rustine est tout sec.  Tac tac badaboum, notre Bébel tout fière de leur sortir de sa poche arrière son tube de colle.

 

 

Lui, qui n'a jamais rien sur lui, qui est toujours en train de récupérer une chambre à air chez l'un, une pompe chez l'autre, me sors: "Tu te rends compte, c'est MOI qui les ai dépanné." Même lui n'en revient pas encore. 

On continu ces traversées de champs, on croise notre 3ème 4x4.

 

Puis nous entrons dans le bois de Guitrancourt pour la dernière cote et la dernière descente. Nous sommes dans un single, bien amménagé.  On lache tout, on est heureux. Puis nous sortons et devinez quoi, nous revoilà dans un chemin de tracteur. Bébel file, je le suis, quand soudain je perds l'avant, et pan! Une gumpette de plus pour moi. Mais celle-ci elle est dans la Gopro. Heureusement rien de cassé. Il nous reste environ 5km, alors on enquille. Dernière petite côte et le gymnase du départ refait son apparition. Voilà, le 60km est bouclé en 3h30, à 16,7 de moyenne. Objectif atteint! Maintenant direction la buvette, où il reste des canettes et des sandwichs, miam miam. On déguste. Pas de besoin d'aller au lavage, le vtt est juste poussierieux. 

Comme vous avez pu le voir, c'est une rando pour faire tourner les jambes. Super bien organisé, bien fléché, avec à manger à tous les ravitaux. Par contre aucun passage technique, voir aucun single pour jouer du guidon et rendre la rando plus ludique. C'est une rando ouverte aux plus grands nombre, nécessitant quand même un bon bagage physique pour le grand parcours et l'on pourra forcer la chose en s'amusant à augmenter sa moyenne et ce n'est pas le trafic que vous en empêchera. 

JC



19/06/2015
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 45 autres membres