La Team Lachelesfreins

La Team Lachelesfreins

Le 07/06 : La Magny Futé à Magny les Hameaux (78)

En résumé :

  • 60 km
  • 1100m de D+
  • 4h25,
  • Moyenne 13,5 km/h
  • 600 participants
  • 3 membres de la Team
  • Une chaine (Bébel)

 

 

 

 

 

 

Compte-rendu de la Magny Futé 2015 :

 

Ca y est, nous voilà en Juin, le soleil a chauffé toute la semaine, grosse chaleur jeudi avec 30 degrés, et vendredi soir un petit orage histoire de virer la poussière de nos singles préférés. Samedi et dimanche, encore du soleil, le terrain va être parfait.

Cette année, nous avons le choix entre retourner à Buchelay ou découvrir la rando de Magny les Hameaux. Toujours dans notre quête de la meilleure rando, la Team ira donc cette année découvrir la Magny Futé. 

Nous sommes le dimanche 7 juin. JEF est absent, à son âge respectable, il ne peut plus enchainer, soirée arrosée et randonnée. NICO est puni. GUMP se lance dans le changement de son pédalier, roulements exterieurs, et peut-être mono plateau. Ils restent donc, DAVID avec son RR, classé désormais VTT de collection, BEBEL avec qui je viens de  passer la soirée jusqu'à 3h du mat' et moi-même. 

6h30, le réveil sonne, couché à 3h, la nuit a été courte, dur de sortir du lit, mais une rando avec les copains, ça motive à se lever. Petit sms à Bébel comme convenu. C'est bon, il est bien réveillé. 

7h45, le soleil est là, les nuages sont portés disparus. Arrivé à Magny les Hameaux, une personne de l'organisation nous indique le parking, ou plutôt une rue transformée en parking pour l'occasion. Je remonte les voitures stationnées en épi. Et là je vois mon Bébel, déjà garé, mais parce qu'il a une réputation à tenir, il m'annonce qu'il a son pneu arrière à changer. Car oui, depuis la Viking, il n'a pas touché son vtt. Il est comme ça Bébel.

8h15, Bébel a fini de monter son pneu arrière, forcément monter un pneu "chambre à air" sans chambre à air, même sur une jante "tubeless", c'est compliqué, voir  même impossible. Et avec 3h de sommeil, il faut un peu de temps pour se rendre compte qu'il faut une chambre une air dans un pneu à "chambre à air". David nous a rejoint, direction le musée de port royal par un chemin, pour les inscriptions. Du monde, mais pas de file d'attente, surtout sur le 60km.

 


 

Les organisateurs et bénévoles ont le sourire, 9€, plaque de cadre à fixer et c'est parti. Je m'élance avec les 2 fous furieux de la Team. Je m'accroche pour les suivre, car si je ne le fais pas maintenant, c'est certainement pas à la fin que je le pourrai. 

5km plus tard, après avoir profité du premier single, ca se met à crier "homme à terre! " et je vois David nous gratifiant d'une magnifique "gumpette" (Elaborée par Gump, cela consiste à réaliser une élégante galipette en pleine ligne droite au milieu d'un champ de verdure, parfois causée par une tranchée bien cachée). Les participants l'évitent et sont tous éblouis par son vélo de collection. Il est en plein test pour le prochain article dans Velo Vert de juillet 1988. 

Nous revoilà en forêt, et quelle forêt?! Tout simplement MA-GNI-QUE mes chéris. Du single à gogo, un terrain sec mais pas trop, des montées possibles et des descentes comme on les aime. Tout passe sur le vélo, on en profite.

 


 

Le rythme est bon, on est à 15km/h de moyenne. Bébel me souffle un : "ça va, t'as la gouache!", moi tout fière : "oui, nickel!", lui : " je ne suis pas trop lucide... " moi dans ma tête : " avec ce que l'on a pris comme boisson non hydratante toute la nuit, je ne suis qu'à moitié surpris ". Le single continu, je suis devant, on arrive en bas à bonne allure, j'entend un : "CRAC!!!" Et là plus de Bébel derrière moi, une branche est venu se bloquer dans son pédalier, et le voilà éjecté, salto avant par dessus le guidon, TAC TAC BADABOUM... Pas une égratignure le Bébel, nous voilà reparti. 

Km18, 350m de d+, premier ravito, y a le choix, dans la boisson et dans le solide. Nous sommes acceuillis avec le sourire. Nous remercions les bénévoles présents aux stands pour la qualité du tracé et du balisage.

 


 

Nous repartons repu, et voilà encore des enchainements de single, on adore. David donne le rythme, Bébel est dans ma roue, les kms défilent, on se régalent. David s'amuse avec sa roue arrière, il aime être en mode drift, ou en mode j'appuie ma roue arrière sur le virage relevé, sauf qu'il n'y a pas de virage relevé. Il en soulève de la terre. Sauf que le RR, et ses freins hautes technologies en 1988, ou plutôt V-Brake, au bout d'un moment ca fait ce que ca veut. Donc soit ca freine plus que ce qu'il ne faudrait, soit David aurait aimé que ca freine encore plus. Encore 2 ou 3 fois, j'ai bien cru que David allait nous faire une " gumperie" (trajectoire totalement maitrisée jusqu'au moment oú un chêne vient tout gâché).



Km40, 700m de d+, on commence a être bien cramé, voilà le deuxième ravito, super original, posté sur le rond-point de Choisel, on ne peut pas le louper. Une fois de plus, du choix, de la quantité et de la qualité. Petite pause de 10 minutes. On tient toujours le 15km/h de moyenne, mais va falloir s'accrocher pour la conserver.

 


 

Nous voilà reparti. Ca grimpe pas mal, ca redescend beaucoup, avec des marches que Bébel enchaine comme une cabris. Nous voilà à Chevreuse avec la Madelaine en face de nous. Je me dis, à l'aise, ils vont nous faire prendre le chemin en pavé, c'est à ma portée. Et bien non, on part sur la gauche. Interessant, je ne connais pas ce chemin. Et bien j'ai largement eu le temps de découvrir cette montée hallucinante. Une cote impressionante, et plus de jambe, cuit, rincé, Bébel pas mieux. Et là notre David qui grimpe à l'aise avec son RR en fonte, jante tôle, cassette arrière 5 vitesses. Bébel et moi, à pied, totalement dépité, le regard agard à la recherche de la fin de cette côte. David nous attend au sommet, moi j'en profite pour me recoller une barre de céréales, et Bébel n'a plus la force de rien. On regarde tous le compteur, et oui encore 15km, pourvu que ca ne soit que de la descente. David comprend que Bébel et moi, nous ne sommes plus dans le rythme.

 


 

Donc il nous tape une bise, pour que le rôti du dimanche ne soit pas trop cuit, et part comme une balle. Avec Bébel nous faisons du surplace. Alors oui, il y a une descente, mais alors ca remonte direct. C'est les montagnes russes pendant les 15 derniers km. Les montée sont raides, mais les descentes sont superbes. La moyenne chute à 13,5. Bébel arrive encore à me pousser sur le plat, il est fort ce Bébel. Tellement fort qu'il éclate sa chaine dans la dernière côte. Petit coup d'oeil sur le compteur, il nous reste 1,5km. Ni une ni deux, Bébel se met en mode patinette. A mon tour maintenant de le pousser pour l'aider.

 


 

Nous revoilà, dans l'allée du musée de port royal, ca y est la ligne d'arrivée, nous voilà finisher de cette magnifique Magny Futé. Bien sûre, personne au jet de lavage, largement de quoi manger et boire. On est bien. 

Alors merci aux organisateurs et aux bénévoles ! Vous nous avez fait passer une super matinée, et j'ai encore le sourire rien que d'y repenser. Pour ceux qui ne connaisse pas cette rando, elle mérite vraiment le déplacement. 

JC

Voici les notes obtenues par le sondage :





10/06/2015
18 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sports pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 45 autres membres