La Team Lachelesfreins

La Team Lachelesfreins

J9 – DIMANCHE 12 MAI - La rochelle - Orléans (by train)

 

Ça y est… c’est le dernier jour… Joce pleure à chaudes larmes… moi je fais des bulles avec mon nez… snirrrffflllll… Fini les p’tits vélos, nous rentrons en train avec au programme : 3 changements.

Joce c’est occupé de tout et nous avions les billets avant même de partir. 7 heure du mat, on est dimanche, il fait frais pas âme qui vive, on est seul dans les rues de La Rochelle. Joce « bogosse » achète 2 croissants, bonne idée nous n´avions pas pris de petit déjeuner.

Nous approchons de la gare. Le train est là, qui nous attend. Nous sommes serein car bien en avance. Nous montons dans le « TER » après avoir suspendus nos vélos… y’a de la place… tout baigne ! Le train démarre, au revoir les bateaux, au revoir l’océan, au revoir l’aventure…

 

Arrivée à Poitier et changement pour un TGV (les vélos aussi ont leurs tickets). Par précaution nous démontons entièrement les remorques sur le quai de la gare et les rangeons dans un sac pour costard discret (une bonne idée de Joce) car nous ne savons pas quelle est la place alloué aux vélos (ça dépend des TGV) et si nous devons les garder avec nous autant que ce soit peu encombrant et pas trop visible pour être accepté dans le compartiment voyageur.  

Nous montons dans le train. Je galère un peu avec un vélo pour le hisser dans le Wagon, un Roumain empoigne la roue et m’aide à le passer à Joce. Sympa ! Ils sont marrants les roumains, ils ne parlent pas du tout français, pas anglais non plus et ils sont persuadés d’être dans le bon train pour Paris -pas facile de leur expliquer le contraire- (nous nos billets indiquent pas Paris, tant pis…le train ira à Lille malgré eux…). Ils squattent le hall d’entrée, il y en a notamment un « un peu rougeaud » qui semble bien claqué (embouteillé ?) et qui dort a même le sol pile poil dans le passage menant au local vélo. Joce joue les équilibristes et range vélos, sacs, et carrioles... Le train est bondé, Joce sort son gun et file un coup de latte au type qui squattait nos sièges… tiens tu l’as pas volée celle là… (Comment y s’fait respecter Joce !!!). Durée du voyage 30min…

 

Nous descendons à St pierre des corps, nous avons largement le temps entre les 2 correspondances pour vadrouiller un peu, et c’est l’heure de la pause déjeuner. Nous nous mettons en quête du ravitaillement après avoir remonté les chariotes. C’est simple c’est quasiment désert… Y’a pas grand-chose d’ouvert… on trouve une boulangerie Joce saute sur la dernière part de Pizza moi je table sur un sandwich thon crudité pour une pause déjeuner assis sur des bancs au milieu de l’herbe et pas trop loin de la gare, tranquille quoi!

 

Une fois le repas pris, nous repartons sur le quai de gare pour le dernier changement (à nouveau un TER). On attend tranquillement sur le quai que le train se pointe. Les vélos sont séparés des carrioles pour les charger plus vite et plus facilement. Au passage une mémère qui ne surveillait pas son chien a laissé ce dernier commencer à pisser sur une remorque... bordel mais c’est la mienne en plus (celle de Joce ça ne m’aurait pas dérangé). La dame s’en rend compte, invective le vilain toutou et moi je contemple les gouttes d’urines qui perlent… y’a des coups de « Cater » qui se perdent… Je signale qu’il y a eu maldonne, Joce sort son gun (il est devenu drôlement chatouilleux du gun depuis le « gite des pâtes »)… la dame s’excuse et essuie le délit… ouais… ça ira pour cette fois si…

Tiens voilà le train qui arrive en gare… il est beau, tout bleu… par contre il a l’air un peu long non ?!? Bullshit ! Mais oui il a l’air long… On était trop confiant, ça se passait trop bien… erreur !!! C’est de la faute à Joce ! (c’est une règle : c’est toujours de la faute à Joce !).

Explications : La voiture pour mettre les vélos est en tête de train (et nous plutôt au milieu du quai)… et il s´agit d´un train long… on ne l’a pas bien anticipé, on ne s’est pas renseigné... résultat le train continue un bon moment avant de s’arrêter et a vue de nez impossible de voir si il y a une voiture vélo sur la deuxième rame… donc on ne va pas prendre le risque de se planter : ça sera la première rame.

Nous courrons avec nos vélos pour remonter le quai, arrivé quasiment sur la première voiture… Je pose le mien contre un panneau d’affichage et Joce se charge de les rentrer. Moi je fais demi-tour et vais chercher les remorques… quand tout d´un coup… j´entends le contrôleur qui siffle le départ du train… Quoooiiiiii mais il est fou ce type !!! Il ne s´est pas passé 1 minute et je ne suis pas encore aux remorques… ouch… !!!

Je me dépêche empoigne comme je peux les deux enclumes de 20 kg et remonte péniblement vers la voiture « garage à vélo ». Le quai est rempli de gens descendus qui sont à la cool eux, et sont autant de freins à mon avancée, j’avoue que j’en mène pas large… Joce fait alors barrage de son corps pour empêcher la fermeture des portes…  Il se prend une avoinée par le contrôleur qui en OFF (je le sais parce que j’étais derrière lui) n’a pas des mots très gentils à son égard... Mais grâce à ça, j´arrive enfin à hauteur de l´autre porte d´entrée du wagon et réussi à hisser les carrioles aidé par d’autres contrôleurs déjà à l´intérieur eux… merci… Ouf… (Joce c’est mon héros, plus tard quand je serais grand j’aimerais être comme lui mais pourquoi n’a-t-il pas sortit son gun cette fois ci ?)

Les portes se ferment et le train démarre. Jocelyn me rejoint. Nous posons les carrioles sur nos épaules façon bucherons  et remontons l´allée  pour rejoindre le compartiment « vélo ».

He bé on a eu chaud !!!

Les haltes se succèdent et au fur et à mesure la voiture « vélo » est envahie, par des scouts, une nana à vélo avec un carton de pizza (pas très pratique pour faire du vélo), un type qui dépose un vélo en ruine (il s’encombre pour rien celui-là), plus d’autres avec ou sans vélo d’ailleurs. De toute évidence le TER « vélo » a du succès on ne s’en plaindra pas. Le train démarre, on est assis confortablement et il y a des vélos partout.

 

On regarde par la fenêtre et on reconnaît le chemin de l’aller, le parcours de notre premier entrainement… des souvenirs lointains…

Orléans sonne le terminus.

No stress, maintenant on a le temps ! Nous réassemblons le tandem carriole-vélo et prenons le chemin du retour… tournons un peu en rond le temps de trouver nos repères…

Puis comme des pigeons voyageurs nous prenons la direction de la maison…

Et arrivons là où tout a commencé…

 

Ils sont pas beaux ?!!!

 

 

Voilà la carte globale du parcours.

Un grand merci à Charly pour le prêt du GPS sans quoi on aurait sérieusement galéré !!! 

Voilà, on touche à la fin du voyage,

On n’est absolument pas de grands sportifs et pourtant on l’a fait…

En espérant que ça puisse vous inspirer…

Ou vous motiver

Ou tout simplement vous faire rêver…

 

On n’a pas vus le temps passer,

De belles rencontres… de bonnes galères… des super paysages…

Du calme et de la nature…

Une bonne entente et une bonne complémentarité…

Et un blog pour partager tout ça…

 

Que demander de plus…

Recommencer… peut être :)

 

JOCE et RICO.

 

 

HHHHHééééééé !!!

Ne partez pas tout de suite !!!

A suivre : la liste du matos, les trucs et astuces, le budget, (Joce tout nu)…



11/06/2013
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 45 autres membres