La Team Lachelesfreins

La Team Lachelesfreins

J1 – SAMEDI 4 MAI - la chapelle st mesmin – chevenelle 70km

 Et bien ça y est le grand jour est arrivé, on a bien dormit, nous voilà à pied d’œuvre. Après les préparatifs d’usages c’est partit mon kiki.

 

 

Nous prenons la route sous les flashes des paparazzis locaux (mes parents)…La carriole est un peu dure à tirer, on sent le poids (20kg tout compris hors outillage), donc les démarrages ne sont pas fulgurants et pour les virages il faut virer large sous peines de faire frotter la carriole par terre. 

 

 

On commence par un petit chemin de traverse roulant et peu fréquenté pour se mettre en condition, puis bifurcation : Jocelyn ne voulait pas salir son beau vélo tout propre dans un chemin boueux (il a astiqué son vélo comme un sou neuf avant le départ urk urk urk c’est un psychopathe…), bifurcation donc, et roulage sur bitume. Ça promet, si on doit dévier à la moindre flaque d’eau on n’est pas rendu !

Peu après 15 bornes j’entends soudain derrière moi un bruit peu sympathique, suivi d’un déséquilibre du vélo et d’un bruit de raclement sur la route ?!!! Joce pour couvrir le bruit des voitures hurle derrière moi « arrêtes toi !!! ». Sitôt dit sitôt fait, et on constate rapidement les dégâts : l’axe de la carriole a tout simplement lâché et forme désormais un « S ». C’est bô, mais c’est une tuile majeure, car ces axes sont spécifiques, et nous n’avons pas du tout pensé à en prendre un de secours. Ma roue arrière n’est plus solidaire du cadre donc inutile d’espérer poursuivre dans ces conditions… Pour la petite explication l’axe est vissé dans un filetage sur 3mm de profondeur qui a foiré – c’est plutôt léger et fantaisiste comme conception… mais pas plus que de ne pas avoir pris un axe de secours quand on s’apprête à faire 450 km… bref… Joce récupère les rondelles qui jonchent l’asphalte et découvre avec plaisir que son pneu de carriole donne de la voix en faisant un joli « pffffffuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii »… et oui : crevaison… bah après tout pourquoi pas… on n’est pas à une tuile près …

Heureusement mes parents ne sont pas très loin, l’axe de rechange non plus, un coup de bigo et tout devrait rentrer dans l’ordre... Le temps que le véhicule de secours arrive nous cogitons avec Jocelyn la solution de rechange, au cas où l’histoire se répèterait à nouveau, car le nombre d’axe de rechange est désormais limité à 1 –sic-. On en profite aussi pour réparer la chambre à air.

Et hop, la voiture du team « joce&rico » se gare sur le bas-côté. Quant à nous, nous avons LA solution. Mais il faudra faire quelques courses… donc retour chez mes parents, direction « bricobidule » pour acheter de la tige filetée, du tube d’entretoise, des rondelles et des écrous nylstop : histoire de sécuriser l’affaire… ensuite on attaque les réparations. Pause repas. Retour à l’atelier bricolage et nous voici munis de 3 axes de rechanges flambants neufs !!! (Photo axes)

On teste, on valide, on range, on repart en voiture… OUI on repart en voiture !!! Je sais ce n’est pas noble, mais entre le moment de la casse et le moment où tout est à nouveau opérationnel, 3 à 4 heures se sont écoulées… Le temps file, c’est d’autant en moins qu’il nous reste pour finir le parcours et la journée d’aujourd’hui c’est tout de même 70km… 

 

Donc nous voici partis pour Beaugency et son pont où la Loire  gonflée des pluies récentes, sert de terrain de jeux aux amis kayakistes. Nous franchissons symboliquement le fleuve  abandonnant nos soucis derrière nous et espérant que la suite soit moins problématique...

 Sans trop rentrer dans les détails, le reste se déroule bien, on se perd un peu le temps d’apprendre à maîtriser les fonctions du GPS mais nous récupérons le parcours prévu, roulant sur petits chemins entre les champs, puis dans la forêt inondée par les pluies. On se croirait dans les bayous et les moustiques présent sur place nous rappellent à l’ordre lors d´une brève pause, nous obligeant à fuir lâchement pour ne pas être dévorés sur pied !

 

 

 

La route se poursuit ensuite simplement à travers la forêt et débouche sur des champs dans lesquels  nous nous engageons jusqu’à ce qu’une vielle dame (nous sommes peut être sur ses terres…) nous déroute sur un autre chemin au prétexte « qu’il n’y a rien là-bas ». Nous ne saurons jamais pourquoi : un macchabée, le trésor des templiers, une cache d’alcool frelaté ?

 

Nous quittons donc la trace GPS et nous voici  sur une route goudronnée menant vers le château de Chambord. Joce me propose de partir en direction du château mais je lui propose de retrouver la trace GPS et quelques km plus tard  nous nous trouvons face à un des mur d’enceinte du domaine (et oui, vue du ciel, le chemin ne montrait pas le mur j’avais fait la trace en tirant tout droit)…  donc demi-tour... arrêt au château pour prise de photos, puis on s’enfonce dans la forêt qui borde la gentilhommière pour continuer le périple… pfiou, elle était longue cette forêt….

 

 

Nous arrivons le soir au gite après avoir pris un sentier herbeux, puis une petite portion goudronnée. Ça y est la journée est terminée, il est 20h00 Hop les vélos dans la grange !

Nos jambes nous disent merci et nous nous remercions la gardienne de notre gite (plus d'info sur le gîte) qui nous avait généreusement préparé un repas avec au menu salade de tomate-œuf cuit dur, pates sauce bolognaise maison (avec tomates mijotées le matin s’il vous plait), un bout de fromage et un dessert lacté.

Le bilan : super, on vient de franchir une étape psychologique le bouclage d’une journée : la première d’une longue série !!! Maintenant la douche, le débriefe de la journée passée, la prépa du lendemain et au dodOOOO !

 

A lire ... le Jour 2



18/05/2013
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sports pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 45 autres membres